• Profane #14
  • Profane #14
  • Profane #14

Profane #14

    242 Pages
    15,5x23 cm
    2022
    French/Français

    Un homme se souvient de la déchetterie proche de la maison de son enfance, comme un secret de chineur qu’il partage avec son grand-père (p. 180). Un autre homme fait grandir dans son jardin des arbres de ciment dont les feuilles persistantes sont des objets de consommation flétris (p. 32). Une femme utilise des portants à vêtement et autres cintres à pinces qui ne lui serviront plus pour y suspendre ses toiles (p. 202). Un homme repêche sur les rivages grecs des bouts de plastique, matière première à des masques faits main (p. 48). Une femme ramasse les écorces d’un arbre tronçonné pour les enraciner à nouveau dans des tableaux (p. 230). Une femme archive des moutons de poussière pour leur qualité chromatique (p. 104).

    Récupérer. Recycler. Détourner. Des verbes communs à nombre d’autodidactes et de collectionneurs qui visitent nos pages, numéro après numéro. Une pratique du glanage étendu, souvent aperçu ici, et qui sédimente un peu plus dans cette quatorzième édition, profitant d’une réflexion plus vaste autour du déchet.

    Nous affectionnons ces «dandys des gadoues», pour reprendre la belle formule de l’écrivain Michel Tournier dans Les Météores, surnom attribué à un des héros, Alexandre Surin, à la tête de six décharges, de Deauville à Casablanca, qu’il chérit comme des mines d’or. Toutes celles et ceux qui trouvent de la vigueur et de la vie dans le rebut.

    Après tout, quoi de plus intime, et par là précieux, que ce que l’on rejette? De plus révélateur d’un état du monde? Dans la réalité, cette matière grise, couleur dominante de la bouillie finale, soulève des questions moins romanesques, mais elle motive aussi des démarches d’invention et de réappropriation qu’il nous plaît de relayer. Pour saisir l’éclat dans l’ordure.
    Regular price