0%

« Notre ligne éditoriale se définit par notre ligne graphique, différente à chaque numéro. Elle sert de fil conducteur. »

25 février 2020
Temple n°8
Temple n°8

Temple est un magazine indépendant et biannuel d’art, de mode et d’expérimentation graphique. Il se compose d’entretiens, de conversations et d’essais de créateurs réunis autour d’une thématique différente à chaque numéro.

10 questions à Anaïs Allias et Margaux Salarino fondatrices de Temple.

Écouter notre podcast enregistré avec l'équipe de Temple  

Février 2020 | Temple magazine
  1. Pouvez-vous vous présenter rapidement ainsi que vos rôles dans Temple ?

    Nous sommes un binôme de designers graphiques, typographes et photographes. Le projet s’est construit sur nos pratiques respectives ; la photographie et la typographie. C’est par leur alliance que nous construisons les mises en page, ce qui permet aussi bien de créer des typographies que des reportages photo.

  2. Pourquoi avoir voulu créer Temple ?

    Le magazine a été créé il y a deux ans pendant notre dernière année de master Design et Politique du Multiple à l’ERG (école de recherche graphique, Bruxelles). L’idée de départ était de créer un format qui rassemblait à la fois un travail de curation visant à présenter la scène artistique émergente et l’expérimentation graphique.

  3. Pouvez-vous nous présenter l’équipe du magazine et comment vous êtes organisés ?

    Nous sommes toutes deux co-fondatrices et nous nous chargeons de la direction de publication et de la conception graphique. Concernant les parties curation et exposition nous travaillons avec Mathieu Buard et Antoine Grulier depuis trois numéros maintenant. Ponctuellement, nous faisons appel à des curateurs, des critiques et artistes pour réaliser
    des interviews ou textes divers.

  4. Pouvez-vous nous décrire ce numéro 8 ?

    La thématique du huitième numéro est « Crash ». C’est le magazine le plus conséquent que l’on a produit jusqu’à présent, il y a plus d’une cinquantaine de personnes à y avoir contribué, de manière plus ou moins directe. Ce numéro a été l’occasion de réaliser une typographie qui crée une cohérence graphique tout au long du magazine.

  5. Quels sont les contenus du numéro dont vous êtes les plus satisfaits ?

    C’est très difficile de choisir, nous sommes très heureuses du reportage et de la collaboration avec le défilé
    de la HEAD Genève. Nous sommes aussi ravies de la façon dont Baptiste Rossi a mené son entretien avec Bertrand Burgalat, c’est un musicien que l’on apprécie particulièrement. La rencontre avec David Douard dans son atelier à l’Orfèvrerie, interviewé par Matthieu Haberard, était aussi un temps fort dans la préparation de ce numéro.

  6. Pourquoi avoir choisi de faire un magazine papier ?

    Dès la genèse du projet, notre point commun a été notre intérêt partagé pour les objets imprimés. La matérialisation et les questionnements sur l’objet magazine est au cœur de nos premiers échanges. Pour autant, nous sommes en ce moment en développement d’une partie web du magazine. Elle viendra accompagner les publications papiers avec un contenu exclusif et plus régulier que les parutions bisannuelles.

    « Dès la genèse du projet notre point commun a été notre intérêt partagé pour les objets imprimés. La matérialisation et les questionnements sur l’objet magazine est au cœur de nos premiers échanges. »

  7. Temple réunit beaucoup de créations différentes dans ses pages. Comment
    les choisissez-vous et comment arrivez-vous à garder un ensemble cohérent ?

    Notre ligne éditoriale se définit par notre ligne graphique, différente à chaque numéro. Elle sert de fil conducteur,
    les contribut.eur.rice.s invité.e.s ont des pratiques toujours très variées, les connexions se font donc par ce biais-là. C’est une manière d’orienter notre curation et nos choix graphiques.

  8. Quel est votre regard sur les revues et magazines indépendants ?

    Nous suivons les revues qui apportent un regard inédit dans les champs de l’art contemporain et la mode. Dans le numéro 8 nous avons interviewé Aya Noël, fondatrice de 1 Granary. Cette revue anglaise de mode fait le lien entre designers et étudiants, le contenu récolté est souvent à côté, dans les coulisses de ce qui est habituellement montré dans la mode. Ce type de démarche nous intéresse beaucoup.

  9. Quels sont les projets futurs pour Temple ?

    En dehors d’une partie numérique, nous souhaitons poursuivre des partenariats avec des structures comme la HEAD Genève ou la Villa Noailles, où nous intervenons ponctuellement en couvrant leurs évènements et festivals. C’est par le biais de ce type d’interventions que l’on parvient à s’implanter de manière plus solide dans l’actualité artistique et à diversifier nos thématiques.

  10. Quels sont les magazines ou revues qui vous ont le plus inspirés dans la création de Temple ?

    Ray Gun de David Carson, 4 Taxis, magazine crée par Michel Aphesbero et Danielle Colomine, Buffalo Zine, Fairy Tale de Vier5 ou les éditions des années 2000 de Purple.