0%
Revue Faire Volume 8
.
30€
N°8 100 pages 20x29cm 2021

Faire – Regarder le graphisme est une revue critique bimensuelle consacrée au design graphique, qui paraît en librairie tous les deux mois sous la forme de recueils de trois ou quatre numéros. Editée par Empire, la maison d’édition du studio Syndicat, elle parait d’octobre à juin et s’adresse aussi bien aux étudiants qu’aux chercheurs et aux professionnels, en documentant les pratiques contemporaines et internationales du graphisme ainsi que l’histoire et la grammaire des styles. Chaque numéro propose un sujet unique et tentaculaire, traité par un auteur reconnu.

 

es numéros 27 à 30 de la revue critique consacrée au graphisme.
n° 27 — Rhizomes de Londres. Archigram et images mentales de la ville.
Auteure : Sonia de Puineuf

La revue Archigram (1961-1970) était déjà regardée et analysée de près par les architectes, historiens, théoriciens et critiques de l’architecture en tant que réservoir d’images et d’idées pour la pratique architecturale et urbanistique. La présente étude aborde Archigram sous un autre angle : elle essaye de l’interpréter comme un artefact réussi du design graphique en la confrontant aux réalisations de son époque et des époques inspiratrices qui relèvent du champ du graphisme, tant éditorial qu’environnemental. Elle tend à expliquer l’évolution graphique de la revue en prenant en compte les stimuli graphiques de Londres, la ville où le groupe d’architectes d’Archigram œuvrait au quotidien. L’étude veut démontrer que cette publication de prime abord déroutante par son hétérogénéité s’apparente à une cartographie exhaustive des bruissements secrets et tendances évidentes de la métropole anglaise où l’utopie futuriste de la ville dynamique prit corps d’une manière particulière. Recensant le potentiel de Londres des mythiques Sixties, la revue Archigram se présente comme une image rhizomique, miroir vivant de l’organisme urbain.

n° 28 — Un format : la conférence.
Auteure : Manon Bruet avec Area of Work

Dans le champ du design graphique, les espaces de médiatisation du travail sont de plus en plus nombreux.
La conférence, entre autres, permet d’expliciter les pratiques et les méthodologies des designers. Pour certains, elle est l’occasion de dresser l’état des lieux d’une démarche, un inventaire des formes produites. Pour d’autres, au contraire, elle constitue un prétexte à la production de nouvelles formes, parfois plus expérimentales.

n° 29 — Girls : Esthétisation du politique et manipulation du divertissement.
Auteure : Alexandra Midal

Inventée par John Tiller dans une filature de coton en 1880, l’origine britannique de la danse synchronisée est rapidement oubliée à Berlin où les revues s’imposent comme l’expression de la standardisation et du capitalisme américain. Les fameuses Tiller Girls incarnent la « New Woman » moderne et les spectacles rassemblent plus de 4 millions de spectateurs chaque année. Séduit, Hitler demande à disposer d’une troupe : les Hiller Girls. Face à face, les deux revues sont des répliques que formellement rien ne permet de distinguer, mais qui délivrent des messages opposés.
La danse synchronisée dévoile les formes données au discours politique entre démocratie et fascisme de la République de Weimar à la prise de pouvoir par le NSDAP. Entre pouvoir des formes et formes du pouvoir, face aux destructions des villes, aux décrets bannissant l’usage du Fraktur et la destruction de l’art dégénéré, ces spectacles de danse, sans doute, parce qu’ils sont populaires, montrent que le national socialisme a utilisé des stratégies insidieuses et invisibles, vidant le contenu des formes pour n’en garder que l’apparence, et que cette pratique de l’ombre se révèle au final tout aussi barbare que la destruction et les autodafés.

n° 30 — Donner corps : le specimen typographique chez Lineto.
Auteur: Olivier Lebrun

Le Specimen chez Lineto joue des formes et des formats pour promouvoir les caractères typographiques de la fonderie : livres, posters, enveloppes, dépliants, caractères transfert, annonces presses, clips vidéos mais aussi structures gonflables et bootlegs de logotypes. Lorsque Reala publie la LL Biff en 2000, le specimen utilise la culture graffiti et ses modes de mise en circulation, proposant une double référence : « Medium is the message », « Style is the message ». La citation chez Lineto est une forme qui permet de diffuser le catalogue typographique en empruntant à divers champs culturels : « Ignorance of your own culture is not considered cool ! »