• Profane #15
  • Profane #15
  • Profane #15
  • Profane #15
  • Profane #15

Profane #15

Regular price €15,00
242 Pages
15,5x23cm
2022
French/Français

Je ne suis pas un numéro

Entrer les termes édito / amateur / collection / Instagram / plaisir / mains / faire / transe / élucubration / décor / collier / arbre / arrière-cour / guerre / miche.
Et laisser faire l’algorithme. Attendre. Un peu. On aimerait bien voir sous nos yeux ébahis cette introduction s’écrire toute seule, dans une collaboration réjouie entre la machine et l’homme, mais est-ce notre demande qui n’est pas assez claire et précise, l’intelligence artificielle rechigne à se mettre au service de notre volonté. Et pourtant, plein d’espoir, galvanisés par notre invitation d’ouverture (p. 6), où l’apparition d’images générées par l’opération binaire avait bien eu lieu, nous avons pensé que. Notre réflexion (p. 46) nous confirmant aussi la percée robotique pour évincer l’homme du labeur.
Mais force est de constater que l’amateur n’est pas un bon sujet de calculs, et préfère emprunter des chemins irraisonnés et insondables pour parvenir au contentement. Son éden. Il ne reste plus alors qu’à mettre la main à la pâte pour modeler ce texte d’accueil clamant, chaque fois et toujours un peu plus, que notre sommaire n’obéit à aucun agenda, mais foisonne librement. Ouvrir ce nouveau numéro, c’est voir deux jambes de papier opérer un grand écart farouche : des réseaux sociaux (p. 120) à une échoppe dans les Pouilles (p. 184), d’une végétation démiurge (p. 164) à un immeuble de rapport (p. 86), d’un coquillage (p. 130) à une tranche de pain (p. 226), d’une montagne (p. 30) à un dressing (p. 96).

Profane est ainsi fait, accueillant tout ce qui s’éloigne des chemins tracés, surtout celles et ceux qui ouvrent leurs propres voies, et tant pis pour le génie informatique.